L’essentiel des coûts d’un produit ou d’un service est déterminé dans les phases amont de son développement. Dès lors, que faut-il faire pour être plus efficace ?

Tout d’abord, rendre plus robuste la conception pour in fine réduire les délais de mise en service ou sur le marché. Les impasses et retours arrière sont le cauchemar de tout chef de projet. Comment s’assurer que les ingénieurs font les bons choix technico-économiques, au bon moment, satisfaisant les attentes exprimées par le client et répondant aux contraintes, en particulier de fabrication, de maintenance et d’utilisation ? Les entreprises doivent aujourd’hui très probablement adopter de nouvelles méthodes pour y parvenir, en rupture avec les modes de travail habituels.

L’efficacité tient aussi dans la capacité des entreprises à réduire les activités projet et ingénierie au juste nécessaire. Quels sont les gaspillages ? Un grand nombre viennent probablement des difficultés de communication et de coordination des intervenants d’un même projet. De quelles informations ou données chacun a-t-il besoin pour avancer dans son activité ? Quand ? Comment rendre ces échanges plus visuels ? Ces réflexions s’appliquent également à la relation avec les partenaires et fournisseurs.

Enfin, la performance des directions programme et directions techniques dépend de leur capacité à réellement piloter les projets, les mettre sous contrôle et plus globalement, à gérer un portefeuille de projets, optimisant l’emploi des ressources et étant capable de définir les bonnes priorités.

Nous proposons une approche reposant sur quatre leviers :

Le processus de développement

Repenser le processus de développement autrement – explorer et poursuivre en amont différentes alternatives de conception quand cela est encore possible – tirer le flux (Lean Engineering) ; appliquer les méthodes "design for X" (Manufacturing, Tests, Operations, Services…) ; mettre en place de nouveaux modes de collaboration, internes ou avec partenaires et fournisseurs.

Les personnes

Développer les aptitudes des chefs de projet; renforcer l’expertise des équipes techniques; adopter une gestion prévisionnelle des compétences, pour anticiper les besoins de nouvelles compétences ou les pertes de compétences clés.

Le pilotage des projets

Organiser / Structurer les projets et programmes – responsabiliser les parties prenantes – clarifier le processus de décision et d’arbitrage ; adopter des pratiques nouvelles de gestion de projet, en particulier dans les contextes multi sites (management visuel) – anticiper et gérer réellement les risques ; gérer un portefeuille de projets – implémenter des méthodes de gestion des ressources efficaces (Supply Chain de l’ingénierie) ; améliorer la mesure de la performance des projets (Earned Value Management).

La connaissance

Rendre les connaissances plus visuelles ; utiliser les connaissances pour sécuriser les choix techniques et économiques réalisés par les ingénieurs – intégrer la gestion des connaissances au processus de développement ; mettre en évidence le rôle des managers dans le développement des connaissances de leurs équipes.